une installation qui dérange

première dégradation

fabien ansault chatillon sur seine

La BOUCHERIE HUMAINE de Fabien Ansault est une installation plastique contemporaine, éphémère.
Interpeller l’œil, solliciter les regards, des arrêts, des questionnements, voilà ce qui a été demandé au plasticien Fabien Ansault, en le chargeant d’investir ce lieu avant sa transformation-Apercevoir furtivement l’installation plastique et vidéo va fortement interroger sur l’atroce nécessité du genre humain à perpétuer des massacres au nom de la domination d’êtres humains sur d’autres humains.

 

 

 

affligeant

fabien ansault chatillon sur seine

plusieurs bombages, jet de poudre abrasive…

« l’hystérie c’est de ne pas pouvoir lire les choses aux second degré » Freud

que dire alors de l’hystérie collective?

l’artiste et la municipalité vont bien sûr remettre en état une nouvelle fois cette exposition qui dérange certains (peu nombreux, leur pétition a d’ailleurs disparu faute de signataires, alors qu’une large majorité comprend le but de cette installation et son message de dénonciation).

 

La mise en place du festival de curiosités que la ville de Montbard va mettre en place se poursuit donc en souhaitant rester dans le domaine culturel et non pas la rubrique faits divers.

Parlez-en !
facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Ce contenu a été publié dans Installations, Non classé par Fabien Ansault, et marqué avec . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Fabien Ansault

Fabien Ansault Architecte d’intérieur et designer graphiste, diplômé en Arts Appliqués de l’ Ecole Duperré de Paris. Peintre, dessinateur et sculpteur et plasticien, il travaille en Côte d’Or, à Chamesson, où il est installé depuis 2002. Il crée en 2005 l’association « les z’uns possible » qui organise et présente les travaux d’artistes de différentes familles d’arts dans son atelier/galerie. Collectionneur d’objets et de reliques, il compose son cabinet de curiosités autour de crânes d’animaux, de vieux outils et objets hétéroclites. Depuis 2007, il assemble et compose ses « totems ». Un travail singulier, évolutif, qui mélange les matières et matériaux pour produire des reliquaires, sculptures, totems, dans un esprit baroque et avec une touche d’humour. Série de peintures de natures mortes d’animaux avant leur consommation par l’homme ainsi que des vanités (techniques mixtes photos-peinture) et autres réflexions en peinture et en dessin sur une deuxième vie à donner aux objets et aux choses mortes (un continuum dans son œuvre). Travail sur des installations à thème (cf. « la boucherie humaine »).